Christian Löffler & Ensemble / Arandel InBach

20:00

Salle des concerts - Cité de la musique

Billetterie26 € / 22 €

L’accès à ce concert ne nécessite pas la présentation d’un pass sanitaire.



Une soirée dédiée aux rencontres entre le répertoire classique et deux têtes chercheuses des contrées électroniques. Le Français Arandel s’accompagne d’une pléiade d’invités pour des relectures inventives, ludiques et touchantes du répertoire de Bach. Lequel est aussi au programme, avec Beethoven ou Chopin, des délicates réinventions ambient du musicien allemand Christian Löffler.

1/ Arandel InBach

En dix ans, cinq albums futés et des remixes pour Son Lux, Yael Naim ou Tahiti 80, Arandel a gaiement tissé des liens entre electronica, pop et musique contemporaine. Comme un cousin français du label anglais Warp. Toujours à l’affût du pari audacieux, c’est vers la musique baroque et Bach que se tourne aujourd’hui Arandel. Né d’une proposition du Musée de la musique de la Philharmonie de Paris, InBach rejoue des mélodies du XVIIIe siècle selon une méthode pas banale : d’abord enregistrées sur des instruments du musée, les partitions sont ensuite passées au filtre du studio, découpées, collées, rejouées au synthé. Basse de viole et vielle à roue dialoguent avec le clavitimbre, l’ondioline et autres sortilèges électroniques. Coédité par le label InFiné et la Philharmonie de Paris, InBach se déclinera sur scène avec le concours de Flore (électronique), d’Ornette (claviers) et d’une poignée d'invités de marque.

 

2/ Christian Löffler & Ensemble

Depuis plus de dix ans, le musicien, producteur et DJ allemand Christian Löffler fait des merveilles dans le registre d’une electronica mélodieuse et délicate, où se nichent mille et une nuances. Ses morceaux, pour l’essentiel instrumentaux, à la fois ciselés, précis et cotonneux, ont cette qualité rare de faire danser les gens seuls et ceux qui n’aiment pas danser. De la house pour la maison, en somme, que le musicien adapte aujourd’hui à des mélodies puisées dans le répertoire classique, composées par Chopin, Bach, Beethoven ou Smetana. Sur le papier, c’est un projet risqué. Sur le disque, paru sous la prestigieuse étiquette Deutsche Grammophon, c’est un pari merveilleusement réussi. Parallels: Shellac Reworks joue sur les textures, les instruments, l’électronique, les traitements sonores et la finesse des rythmiques, pour sculpter des pièces qui tiennent debout toutes seules.



Facebook Voir l'événement sur Facebook